Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ibrida

Création labo 2019 – 25 min
Pièce pour deux interprètes

Projet expérimental  Cirrus Dance Company
Commande  Service Culturel de Dinan Agglomération
Avec le soutien  Dinan Agglomération et le festival académique des Scènes Ouvertes
Résidence  SolenVal Plancoët
Représentation et découverte  Théâtre des Jacobins Dinan
Chorégraphe et coordinateur  Guillaume Payen-Ascone
Interprètes  Julia Vercelli-Durand et Dany Griveau
Musiques  Loscil et Murcof
Montage sonore et composition  Frédérique Quenouillère
Lumières  Florian Michel et Gaëtan Fouquet
Costumes et scénographie  Guillaume Payen-Ascone
Photographe  Émilie Le Guilland

Ibrida est une recherche d’une fiction sur la déshumanisation. L’hybridation des corps fait naître des créatures étranges mettant en action la découverte de la vie sans cette trace d’humanité. La pièce s’inscrit dans une scénographie obscure, aux costumes asexués.

 

En partenariat avec les Scènes Ouvertes de Dinan 2019, la compagnie est invitée à présenter un court laboratoire de recherche chorégraphique. Guillaume Payen-Ascone s’interroge beaucoup sur la relation entre le corps et l’esprit. Qu’est ce qui nous caractérise en tant qu’individu humain et terrestre ? Pour commencer, Guillaume Payen-Ascone part de sa propre expérience d’interprète du solo Instant de songe, représenté en Israël et transmis par la suite à Yuko Imazaike pour le festival international de la danse de Tel-Aviv (2010). Travail de mémoire après neuf années, il décortique la gestuelle articulaire de ce solo et le transmet de nouveau à Julia Vercelli-Durand. Il coordonne avec Dany Griveau, une continuité du solo donnant la forme d’un duo à la gestuelle dynamique, rapide et technique. La pièce s’inscrit dans une scénographie obscure, aux costumes asexués.

Ibrida est une recherche d’une fiction sur la déshumanisation. L’hybridation des corps fait naître des créatures étranges mettant en action la découverte de la vie sans cette trace d’humanité.
Un corps complexe aux multiples facettes nous rappelant l’existence même du sensible. Un univers underground ces êtres hybrides errent entre vie terrestre et espace de l’infini. Fruit d’une génétique inconnue, Ibrida est l’ovni d’un monde trop insipide. Une force sombre cherchant son existence dans la lumière.

Un univers musical en rapport à l’oscillation

Ibrida se distingue par une partition musicale électronique en rapport à l’oscillation – des sons appelant aux prémices d’un état de transe. C’est un moment suspendu, étrange, imperceptible qui s’installe petit à petit sur scène. Il s’agit d’un crescendo, de l’apesanteur contemplative au martelage rythmique amenant à un état frénétique. Les trois phases sont la combinaison deux compositeurs internationaux tels que Loscil (Canadien) et Murcof (Mexicain).